Guren ~ Le pétale sacré du Lotus Rouge

Lorsque le Divin disparaîtra, le ciel s'assombrira et l'Harmonie deviendra Chaos...Qui a Guren se souvenait de cette antique prophétie ? Et pourtant...
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le chemin fleuri

Aller en bas 
AuteurMessage
Game Master
Maître du Jeu
avatar

Masculin Messages : 184
Date d'inscription : 13/09/2017

Feuille de personnage
Barre de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Le chemin fleuri   Mer 20 Sep - 11:15

Le chemin fleuri ne l'était d'ailleurs pas toujours...Par contre, il était le seul chemin permettant de quitter la ville, menant au bosquet dans un sens, ou à Jesthia dans l'autre...
Il se séparait en plusieurs autres petites routes, permettant de rejoindre les chemins d'autres villes, d'autres portes, d'autres régions...
Quelle direction emprunterez-vous ?

De nombreuses clairières bordaient le chemin, certaines d'entre elles avaient des herbes très hautes, d'autres étaient rases et bien vertes, idéales pour faire une petite halte.
Revenir en haut Aller en bas
http://guren.forumotion.asia
Rosae

avatar

Masculin Messages : 38
Date d'inscription : 18/09/2017

Feuille de personnage
Barre de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le chemin fleuri   Ven 22 Déc - 7:49

(Les portes de la ville)

Les fleurs de nuit s'ouvraient. Avec concentration et un soupçon d'imagination, nous pouvions entendre leurs grelots tinter...Elles semblaient si délicates...Enfin un parfum qui ravissait mes sens ! Je m'arrêtai quelques instants pour admirer le paysage. J'avoue que je n'étais pas un Maître en matière d'orientation. J'avais certainement dû déjà prendre ce chemin pour arriver ici, mais de jour, et je ne m'en souvenais guère. Heureusement, pour compenser, j'avais une bonne vision. Je scrutai l'horizon, et vis ce qui me semblait être, au loin, un petit point d'eau. Voilà qui était parfait.

Je faisais bien attention de ne pas piétiner la flore ravissante qui bordait les lieux. Elle m'inspirait bien plus de respect que n'importe lequel de ces Nains ivrognes...Si petites mais si majestueuses, elles n'avaient besoin de rien, et mieux encore de personne, pour éblouir et forcer l'admiration. Ces petits êtres, si insignifiants, vivants immobiles, avaient pour sûr bien plus de charisme que ces marchands mal dégrossis. Je l'admets, mes pairs étaient mes impairs. Je ne supportais que très peu les humanoïdes. Nombre d'entre eux étaient si prétentieux sans n'avoir jamais rien fait pour mériter telle prétention...Finalement, le chaos aurait peut-être du bon, s'il fallait une chose si effroyable pour que les gens se réveillent et enfin se tendent la main. Mais c'était trop tard. Même ainsi...Je ne la prendrais pas.

Mes bottes chatouillaient l'herbe grasse, qui semblait rire à son contact. Peut-être était-ce la faute de quelques criquets taquins, délogés un instant de leur abri de fortune. Nous devrions par ailleurs prendre exemple sur eux, également. Chassés de leur habitat par un pied de cuir pouvant à chaque instant leur retirer la vie, ils sautillaient en chantant. Rien n'était grave, tant qu'ils avaient leur musique. Aucune rancune, aucune tristesse. Eux n'auraient certainement pas la nostalgie d'Edhenys, ils vivaient, tout simplement, au jour le jour sur le rythme de leur propre partition. C'était magique.

Alors que je tergiversais si oui ou non j'aurais aimé être un criquet, j'arrivai à l'étang, bordé de petits saules. La légère brise dans leur feuillage faisait danser les branches. Je me dis qu'elles devaient être tellement délicates car ici au sol, nous ne sentions absolument pas le courant d'air.
La lune se reflétait dans l'eau, c'était un cadre enchanteur...Et pourtant si proche de cette cité...

Je m'assis contre un tronc, et par ma magie, m'amusais à créer des ombres sur l'eau. Tantôt un chat, un chien, une licorne ou un oiseau. Quelques voyageurs, un poisson bondissant ou encore un daim caracolant. Telles les ombres chinoises, elles dansaient à mon gré, calmant mon âme un instant. J'étais toujours émerveillé par ce que la magie pouvait faire...
Profitant de la solitude, je m'étendis au sol. J'avais la curieuse impression d'un regard sur moi, mais l'épuisement avait vaincu, je m'endormis au bruit de l'eau et au chant du feuillage...
Revenir en haut Aller en bas
Ko' Baasha-Ra
Conteuse
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 20/09/2017

Feuille de personnage
Barre de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le chemin fleuri   Sam 23 Déc - 6:19

Je n'en revenais pas! Il s'était endormi! Assommé, là, sous les yeux! A l'instant! Par Tanjii!! Comment avait-il osé? Sans sécuriser le périmètre? J'étais un potentiel danger, il aurait dû me voir. Me sentir. Au lieu de cela, ma proie avait simplement décrété qu'il s'abandonnerait d'un coup d'un seul aux bras tendres du sommeil. Il m'aurait été si aisé de l'égorger sans un bruit... Il était décidément pleins de surprises. Et profondément naïf malgré tout.

Ma sa magie, légère, vaporeuse, m'avait charmée, c'était un fait. Je ne pouvais me résoudre à l'abandonner aux dangers, si vulnérable qu'il était, ou l'extirper de son sommeil profond pour le réprimander afin de lui enseigner les rudiments en terme de méfiance. De toute façon, il n'aurait pas accordé quelque crédit que ce soit à mes paroles

*tssss, croyez vous qu'une piètre fleur, si jolie soit-elle, puisse m'occire pendant mon sommeil?* je ris intérieurement en imaginant ses répliques cinglantes.
*s'il s'agit du pétale de lotus qui sait mon bon monsieur*

je choisis finalement de m'exercer à quelques mètres, suffisamment loin pour que le bruit de mes sabots étouffé par la terre humide et le sifflement de ma lance dans l'air ne puissent le déranger, mais pour que le moindre souffle me parvienne et m'alerte.
Je trottinais jusqu'à un lieu propice à l'entrainement, tout en conservant une vue parfaite sur les environs et principalement sur un certain personnage abreuvé de sommeil.

J'entendais chaque perle de rosée nocturne choir sur les feuilles noircies de nuit, chaque insecte et son moindre mouvement entre les hautes herbes qui humidifiaient mes jambes sveltes à chaque pas. Je m'imprégnais de ce nouveau terrain.
Tout en scrutant l'écorne brune des arbres silencieux, je caressais ma lance du bout des doigts avant de la saisir fermement et de l'extirper de sa sangle qui la retenait à mon dos.

Elle était légère, d'une taille parfaitement fonctionnelle, et maniable. Je m'échauffais avec quelques mouvements relativement simples avant de répéter mes gestes plus précis.
J'entendais le souffle lent et régulier de l'endormi sous son arbre aux longs cils feuillus qui se balançaient dans le vent.
"Grand bien te fasse, n'a-t-on pas idée de s'abandonner comme un bienheureux"
Sur ces pensées, arme en main, je transperçais les cœurs, abdomens et autres organes de mes pantins chimériques.

La sueur avait fini par poindre et perler mes muscles à peine endoloris, encore tendus par l'effort. Je tentais de maitriser ma respiration rauque et après quelques instants, plus calme, je guidais mon pas nonchalant près de l'étang où mon camarade de fortune dormait paisiblement.
Je ne pus réprimander une moue de désapprobation.
Je couchais mon corps à une dizaine de mètres du sien et entrepris de tailler, dans les bois de ma lance, le commencement de mon périple.
Revenir en haut Aller en bas
Rosae

avatar

Masculin Messages : 38
Date d'inscription : 18/09/2017

Feuille de personnage
Barre de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le chemin fleuri   Sam 30 Déc - 14:33

Mon sommeil n'était pas vraiment tranquille. Pour commencer, je n'aimais guère dormir la nuit, j'allais, la plupart du temps, me coucher lorsque le soleil se levait. C'est à ce moment que je me sentais le plus en paix, après avoir passé la nuit en tête à tête avec mes songes, apaisé par la lune dans le berceau en voûte céleste....Douce sérénité dont je n'avais pu profiter ce jour. Je sentais des yeux rivés sur moi, inconsciemment, je serrais ma main sur la dague à ma ceinture...Il y avait des réflexes qui ne s'oubliaient pas. Je sentis un bruit sourd non loin de moi, comme si les ondes de la terre se transmettaient dans mon corps, suivis de petits sons plus secs, plus réguliers...C'en était assez, impossible de dormir au calme.

J'ouvris doucement les yeux et m'étirai. Ma nuque était endolorie, le bas de mon dos, par solidarité certainement, l'accompagnait. Je n'avais guère l'habitude de me reposer ainsi, à même le sol. Une personne de ma classe se doit d'avoir un minimum de confort. A la réflexion, je n'étais pas certain que la Taverne de Helaya était beaucoup plus confortable, connaissant les personnes qui la fréquentaient. Je me demandais s'il se rendraient compte d'une différence s'il y avait une couche où s'allonger ou non. Pauvre monde...
Je levai la tête et fis quelques mouvements, afin de faire craquer mon cou. Cela faisait un bien fou. Je scrutais l'horizon, j'étais toujours fasciné par ce changement de paysage, qu'il soit de jour ou de nuit. J'avais pourtant une excellente vision nocturne, mais pour autant, il me semblait complètement différent. Puis je la vis. Encore elle ! Mais ce n'est pas possible, que me voulait-elle, à la fin ? Ne pouvions-nous pas être tranquille, un instant ? Est-ce interdit d'aimer être seul ?

Je soupirai, et levai les yeux au ciel. J'avais besoin d'un mage, moi, pas d'un poney. Pfff et sculpter ainsi...C'est tellement plus délicat et raffiné par la magie !
Froidement, un tantinet agacé, je lui adressai ces quelques mots :

"Que me veux-tu ?"

Attendant sa réponse, je m'approchai du lac et m'y penchai, admirant mon visage miroiter en ses reflets, et entrepris de me recoiffer, veillant à ce que ma plume soit toujours bien à sa place.
Revenir en haut Aller en bas
Khalyra

avatar

Masculin Messages : 15
Date d'inscription : 24/09/2017

Feuille de personnage
Barre de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le chemin fleuri   Ven 19 Jan - 8:45

(Les portes de la ville)

Alors, alors...C'est qu'il y en avait, des possibilités, ici ! Quel serait le meilleur endroit, pour moi...Il fallait bien sûr que je trouve ma fleur, mais également un endroit calme et agréable, stable, pour pouvoir préparer ma potion sans le moindre risque. Ah, avec de l'eau bien sûr, aussi. C'est plus pratique. Je scrutai un peu l'horizon et...Oh ! Est-ce un lac que je vois au loin ? Chic ! C'est absolument parfait pour moi, ça !
Heureux, je chantonnais en m'élançant dans les herbes. Oh je ne sais pas quelle chanson, un air inventé, certainement. Je faisais bien attention d'éviter les fleurs et la faune qui allait avec, il ne fallait pas les écraser, les pauvres ! Bon. Où était-elle, cette plante...
Je marchais quelques minutes lorsque, devant moi, s'étendait un parterre tant désiré. Youpee ! Avec délicatesse, je cueillais quelques brins de cette flore tant désirée, prenant bien garde à ne pas abîmer les feuilles. Elles étaient précieuses dans la composition de ma potion. Je les rangeai soigneusement dans un petit sac en tissu brodé -offert par le village !- et les plaçai bien contre mon coeur. Les plantes étaient sensibles, si elles sentaient mes battements, elles seraient apaisées et plus aptes à donner le résultat tant espéré. Bien sûr que si, c'est vrai !

Je me mis alors en marche vers le lac, regardant oisivement le ciel. Les nuages étaient fascinants. Je me souvenais d'un jour de réunion, tout le village était assemblé pour fêter la fin de la conception de la crème de marrons, et plusieurs jeux étaient organisés. L'un d'eux était d'observer les nuages et dire simplement ce que nous voyons, c'était censé révéler notre personnalité et nous aider dans notre voie à suivre...Pour sûr ! Bien qu'enfant, j'avais vu ce jour-là en un beau cumulus, une fiole de potion devant une feuille de hêtre, alors que beaucoup de mes congénères avaient vu un hérisson. Un hérisson ! Je vous jure...J'adore ces animaux, mais je le maintiens, ce nuage n'avait rien d'un hérisson ! C'étaient toutefois de bons souvenirs. Nous avions bien ri, et j'adorais la crème de marrons. Il faudrait que vous la goûtiez, si un jour vous venez à vous arrêter chez nous ! Plaisir délectable garanti !

Hey ! Publicité mensongère ! Il était déjà occupé ce lac ! Une Centaure semblant très habile et bien bel homme coquet. Bon. C'était une charmante compagnie ! Mais quel impoli suis-je, c'est moi qui suis arrivé en dernier...

-Bonjour ! Acceptez-vous que je partage avec vous un morceau de ce paisible endroit ? Je m'appelle Khalyra.
Revenir en haut Aller en bas
Ko' Baasha-Ra
Conteuse
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 20/09/2017

Feuille de personnage
Barre de vie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Le chemin fleuri   Lun 22 Jan - 3:49

Le soleil avait caressé l'onde claire et parfaitement lisse du lac alors que le bipède s'extirpait enfin de son monde onirique. La chaleur matinale caressait ma peau, je fermais les yeux, pour mieux apprécier ces doux rayons sur ma robe dorée. Mon interlocuteur ne se fit pas tarder.

"Que me veux-tu ?"

Décidément.  Il n'était pas non plus du matin, la nuit, il dormait, le soir, c'était un ronchon AUSSI, j'espérais que le zénith lui réussirait plus. A suivre...
Je baillais un court instant avant de me lever et étirer tous mes membres avant de ranger mon arme fraichement baptisée dans son fourreau.
J'avais vaguement senti une présence mais nous étions deux, aux aguets, pas de danger, je préférais me reporter sur cet étonnant individu avant de me préoccuper de mes impressions.

"Eh bien, en toute franchise, ce concept d'escalier... Il ne m'a pas trop plu. Quelle drôle d'idée, vous avez là de bien étranges inventions!  Alors je ne sais pas. J'ai quitté l'auberge et ai fais face à l'inconnu."

Je plaçais mon regard sur les berges lointaines, bordées de roseaux, protecteurs de créatures qui s'éveillaient elles aussi aux lueurs du jour. Je poursuivis.

"Une nouvelle fois. Je ne saurais pas vraiment l'expliquer, ce sentiment de vide pas tout à fait étranger. Je ne savais pas vraiment quelle route emprunter, quel parfum suivre. Et vous déambuliez, alors je n'ai pas vraiment médité sur la question. Après tout, un voyage est-il toujours supposé nous emmener dans un endroit précis? Un quelque part me suffit amplement, peut importe où il se situe, et vous avez l'air de chercher ce quelque part, sans trop savoir peut-être, je n'ai pas non plus cherché à déceler cette question-ci. La réflexion est louable. Mais il est sage de laisser un temps à la contemplation. Si mes pas vous importunent tant, je les guiderais vers un autre ailleurs."

C'était vrai. Mon esprit s'était égaré, et mon corps avec lui. Mais j'étais libre et là était l'important. C'était bien étrange, j'avais détenu un savoir, des certitudes, la connaissance parfaite d'un environnement hostile et familier pendant des années, et j'avais choisi le mirage, l'illusion, la perte, le non sens, sur un chemin dépourvu de repères. Mais, je l'avais choisi.

"Ceci-dit, il y a bien une raison pour laquelle j'ai choisi de vous suivre vous plutôt qu'un fantôme.   Vous n'avez pas daigné m'expliquer ce qu'était un poney! "

Une voix se fit clairement entendre et se détacha des chants qui se glissaient entre les végétaux. Une voix douce et cristalline, très agréable à l'oreille.

-Bonjour ! Acceptez-vous que je partage avec vous un morceau de ce paisible endroit ? Je m'appelle Khalyra.

"Salutations!     Je suis Ko' Baasha-Ra.    Pour ce qui est du partage, je vous prierai plutôt de vous adresser au second énergumène, seul son espace vital pourrait se sentir importuné!"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le chemin fleuri   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le chemin fleuri
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guren ~ Le pétale sacré du Lotus Rouge :: Guren :: Le Printemps d'Anjali :: Helaya-
Sauter vers: